X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, nous permettant de proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies

Up

Route du Rhum – Destination Guadeloupe : ultimes préparations avant le départ

- Brève
Corporate - Sponsoring nautique
Lalou Roucayrol, le skipper du Multi50 Arkema, s’élancera le 4 novembre prochain sur la Route du Rhum - Destination Guadeloupe. Pour sa quatrième participation à la course, les ambitions du marin sont claires : monter sur le podium de cette épreuve reine de la course au large en solitaire. Mais pour y arriver, la préparation mentale et physique est essentielle.

Plus qu’un mois avant le départ, et les navigations sur le Multi50 Arkema s’enchaînent pour Lalou Roucayrol, au Verdon-sur-Mer, port d’attache du trimaran.

 

Très serein au regard de cette échéance, bénéficiant d’un bateau prêt et optimisé et du soutien d’une équipe technique très compétente, Lalou profite de ces sorties pour vérifier les ultimes réglages de sa machine : « Tout se déroule à merveille. Nous faisons environ 3 sorties par semaine, des navigations de calibration de pilote automatique, de réglages du gréement ou des voiles, etc. Cela me permet de refaire, encore et encore, les manœuvres à bord, afin de les rendre encore plus fluides en course. »

 

« Il a fallu anticiper un entraînement physique adapté »

 Vue aérienne par hélicoptère du trimaran multi50 Arkema, à l'occasion d'une sortie en mer avec Lalou Roucayrol et Quentin Vlamynck à bord - Préparation à la route du Rhum 2018

Si la préparation du bateau est parfaitement menée, celle physique et mentale de Lalou n’est pas en reste. Lors de l’édition précédente de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe, en 2014, Lalou avait été approché par la cardiologue Alice Horovitz dans le cadre d’une étude sur les fréquences cardiaques des sportifs de haut niveau. Il s’était ainsi lancé dans la course muni d’électrodes afin d’enregistrer sa fréquence cardiaque sur les premiers jours de la traversée.

« Mon rythme cardiaque tournait alors autour de 160 pulsations par minute », raconte Lalou Roucayrol. « Cette fréquence très élevée s’explique par le stress mais surtout par le manque de sommeil. Il est difficile de tomber dans un sommeil profond les premiers jours de course, du fait des efforts physiques très importants à fournir sur un trimaran. Pour cette édition 2018, cela nous a conduit à anticiper un entraînement physique à terre adapté. » Le skipper alterne donc course à pieds, séances de musculation et cyclisme, à raison de trois sorties par semaine, pour être fin prêt lors du départ à Saint-Malo.

 

Travailler sur une meilleure harmonie du corps et de l'esprit

Lalou Roucayrol, pendant une séance de sophrologie

Pour le mental, Lalou a établi depuis janvier un programme de sophrologie, à raison de 3 sessions par mois, pour une meilleure gestion du stress, gage de performances accrues.

« Je connaissais déjà les bases de la sophrologie et nous souhaitions travailler sur une meilleure harmonie de mon corps et de mon esprit. Nous avons notamment mis en place des gestes dits ‘de signal’. Il s’agit de conditionner un geste qui influe l’esprit et prépare le corps à un état physique précis. Par exemple, le 'geste du réveil' me permet d’accéder plus vite à un niveau de perception et de prendre plus rapidement une décision consciente et raisonnée. »

Lalou Roucayrol semble donc être dans les meilleures conditions – techniques, physiques et mentales – pour cette édition 2018 de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe. Rendez-vous le 4 novembre à Saint-Malo !

Contact