X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, nous permettant de proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies

Up

L'engagement associatif d'Arkema pour l'environnement

Agir sur le terrain en faveur de la biodiversité

En partenariat avec l’association d’éducation à l’environnement Naturama, Arkema a mené un état des lieux de la flore et la faune sur son site de Pierre-Bénite (Rhône). Suite à ce diagnostic, un plan d’actions a été défini pour restaurer et préserver la biodiversité.

Conjuguer exploitation industrielle et biodiversité

Naturama

Le renouveau de la flore

À la place d’anciens bâtiments, des prairies fleuries et des bassins ont été aménagés. Les diverses plantes invasives ont été éliminées. La roselière – zone humide naturelle – a été restaurée et agrandie avec des plantations adéquates, pour le plus grand bonheur des batraciens et des libellulles. Écosystème riche en biodiversité, la roselière abrite désormais de nombreuses variétés de plantes, d’insectes et d’oiseaux. Elle sert également de halte aux oiseaux migrateurs.

La roselière de Pierre-Bénite

La protection de la faune

Les abeilles ne sont pas laissées pour compte. L’association Naturama a installé plusieurs ruches, qui hébergent près de 400 000 abeilles. L’usine de Pierre-Bénite produit ainsi son propre miel toutes fleurs.

Les nichoirs ont été installés en plein coeur de l'usine de Pierre-Bénite

Enfin, début 2017, une quinzaine de nichoirs a été disposée dans l’enceinte de l’établissement. L’objectif est de fournir une maison aux oiseaux « sans logis » des villes. Les nichoirs devraient rapidement abriter de nouveaux habitants à plumes (mésanges, moineaux domestiques et rouges-queues noirs). La première génération d’oisillons « Arkema-Naturama » pourrait naître en avril prochain.

Qui sont les oiseaux « sans logis » des villes ?

Mésange bleue

La crise du logement ne touche pas que les hommes ! Ces dernières années, les oiseaux des villes ont vu leur habitat considérablement diminué. En cause, la coupe rapide des arbres creux et la raréfaction des vieux arbres. Beaucoup d’oiseaux menacés dépendent de ce type d'arbres, où ils établissent leur nid en hauteur, à l’abri des prédateurs.

Contact