X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, nous permettant de proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur les cookies

Up

Observation croisée des tâches : la sécurité entre collègues

- Brève
Responsabilité sociétale
Ce 28 avril 2017, Arkema s’associe à la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail. Portée par l’Organisation internationale du travail (OIT), cette journée met l’accent sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles. Le Groupe, qui ambitionne de figurer parmi les meilleurs chimistes en matière de sécurité, multiplie les actions de sensibilisation, notamment grâce à son programme d’observation croisée des tâches.

La sécurité, c’est l’affaire de tous !

Arkema place la sécurité ainsi que la protection de la santé de ses salariés au cœur de ses préoccupations. « Être exemplaire » non seulement en interne mais aussi vis-à-vis des parties prenantes.

 

Afin d’accroître la sécurité de son personnel et de ses installations, Arkema s'attache à promouvoir les comportements responsables. Depuis dix ans, l’entreprise invite ses collaborateurs à recourir à l'observation croisée des tâches.

L’observation croisée des tâches, qu’est-ce que c’est ?

Le principe de l’observation croisée des tâches vise à stimuler la conscience du risque pour réduire le nombre d’accidents du travail. Un observateur intervient de deux façons : en prenant l'initiative d’observer une opération menée par l'un de ses collègues, ou en répondant à la demande d'un collègue désireux de bénéficier d'un regard extérieur. La finalité reste la même : un débriefing « sécurité » sur la base des remarques notées pendant l'observation.

Chacun est responsable de sa sécurité et de celle des autres, chacun est donc impliqué dans cette démarche, partie intégrante de la politique RSE d’Arkema« L'observation croisée a clairement renforcé la vigilance de nos équipes », affirme Paul Leonard. La preuve : la nette réduction du TRIR (taux d'accidents par million d'heures travaillées), divisé par deux ces trois dernières années.

Ce mode de supervision participatif et bienveillant est aujourd’hui intégré dans près de 60 % des sites du Groupe. Objectif pour 2025 : l’étendre dans 100 % des sites.

Nos salariés témoignent

Contact